VEVER, FLORENT ET WILEHLM, PASCAL, “LA NOTION DE CONCENTRATION EN DROIT INTERNE ET COMMUNAUTAIRE : TENTATIVE DE DÉFINITION”, IN CONTRATS CONCURRENCE CONSOMMATION, N°11, NOVEMBRE 2007

Pascal Wilhelm , 01/11/2007

article paru dans la revue Jurisclasseur “Contrats Concurrence et Consommation”,
n° 11, novembre 2007

par Pascal WILHELM et Florent VEVER

La détermination du caractère « concentratif » d’une opération peut se révéler davantage être un exercice d’appréciation que de simple constatation, tant les contours de cette notion sont incertains, recouvrant un large éventail de situations. C’est à une tentative de définition de cette notion, notamment au regard de la récente communication juridictionnelle de la Commission européenne, qu’est consacrée cette étude.

1. Première étape de l’examen d’une concentration, la détermination du caractère « concentratif » d’une opération (i.e. « est-on en présence d’une concentration ? ») conditionne l’applicabilité de l’ensemble du régime du contrôle des concentrations.
La pratique décisionnelle récente a mis en avant l’importance de cet exercice. Tout d’abord, le Ministre de l’économie a décidé en 2006, pour la première fois, d’infliger une sanction pécuniaire à une entreprise qui, considérant que son opération n’était pas « contrôlable », s’était dispensée de la notifier1 . Le Ministre a rappelé à cette occasion qu’il pouvait infliger de telles sanctions, non seulement pour des infractions intentionnelles, mais également pour des omissions de notification résultant d’une négligence. Ensuite, le Conseil d’Etat n’a pas hésité à annuler une décision d’autorisation du Ministre, après avoir fait une appréciation différente de la notion « d’influence déterminante » de celle du Ministre2.

2. Risque de sanctions pécuniaires et surtout d’annulation de la décision d’autorisation, on mesure à quel point la détermination du caractère « concentratif » d’une opération est une étape essentielle dans l’examen de la concentration. Or, pour le praticien, la contrôlabilité d’une opération peut se révéler davantage être un exercice d’appréciation que de simple constatation3, dans la mesure où les contours de cette notion restent imprécis, au-delà de la définition de l’article L. 430-1 du Code de commerce et de l’article 3 du Règlement CE n° 139/2004. En effet, la définition de la notion de « concentration » retenue en droit interne et communautaire est fondée sur un critère de résultat, à savoir le changement durable du contrôle, c’est-à-dire de l’« influence déterminante », exercée sur une des entreprises concernées4. L’influence déterminante n’est pas définie et n’est précisée que par deux illustrations : elle peut découler « notamment » de l’octroi « des droits de propriété ou de jouissance sur tout ou partie des biens d’une entreprise » ou « des droits ou des contrats qui confèrent une influence déterminante sur la composition, les délibérations ou les décisions des organes d’une entreprise ».
Cette approche pragmatique, qui ne s’attache pas au moyen de la concentration, mais à sa finalité, a pu être qualifiée de « formule attrape-tout »5, tant elle recouvre un large éventail de situations. Si de nombreuses opérations (fusion, acquisition d’une majorité du capital et des droits de vote) ne soulèvent pas de difficultés particulières quant à leur caractère « concentratif », il en va tout autrement de certaines opérations faiblement ou non capitalistiques. La complexité des opérations, ainsi que l’intervention des sociétés d’investissement et des fonds, rendent ainsi nécessaire une approche plus précise.

3. Afin d’apporter un peu de prévisibilité à l’application du régime des concentrations, les autorités de concurrence ont précisé dans des Lignes Directrices6 les contours de cette notion, en recourant, comme bien souvent en droit de la concurrence, à la méthode du faisceau d’indices. Les opérateurs doivent donc recourir à un faisceau constitué d’une accumulation d’éléments juridiques et économiques pour apprécier le caractère « concentratif » ou non de leur opération, avec le risque d’incertitude inhérent à cette technique7.
Nous essayerons de cerner les contours, souvent flous, de cette notion, des situations les plus classiques, à savoir les concentrations capitalistiques (I), aux situations plus atypiques de concentrations non capitalistiques (II). Il convient toutefois, à titre liminaire, de souligner les limites de l’exercice, consistant à faire entrer des situations économiques dans des catégories déterminées. Il n’existe ainsi généralement pas de concentrations purement « non capitalistiques », dès lors que celles-ci sont souvent accompagnées d’une acquisition de capital, toutefois insuffisante en elle-même pour qualifier le contrôle.

1. Les situations classiques : les concentrations capitalistiques

4. Les concentrations dites capitalistiques, c’est-à-dire celles impliquant une transaction sur le capital d’une ou plusieurs des entreprises parties, sont de loin les situations les plus courantes et les plus fréquemment examinées par les autorités de concurrence. Pour le juriste, il s’agit en principe des opérations les plus aisées à identifier : les fusions de jure (1.1.) et les acquisitions de participations majoritaires (1.2.) ne présentent ainsi aucune difficulté quant à leur caractère de « concentration » au sens du droit de la concurrence. Toutefois, la détermination du caractère « concentratif » d’une concentration capitalistique peut être sujette à discussion et relever d’un délicat exercice d’appréciation, dès lors que la prise de participation dans le capital n’est que minoritaire (1.3.), ou que la transaction ne consiste qu’en une modification de la structure du capital entre les actionnaires (1.4.).

A. La fusion de jure

5. Il y a toujours concentration lorsque deux ou plusieurs entreprises antérieurement indépendantes fusionnent8. L’opération de fusion entre entreprises peut se réaliser soit par la disparition des entreprises en tant que personnes morales distinctes, soit par l’absorption d’une entreprise par une autre. La qualification de concentration s’impose alors, en raison du type même de la transaction9. Les autorités de concurrence se dispensent d’ailleurs parfois de qualifier la fusion de « concentration » dans leurs décisions, considérant que cette qualification va de soit10.
En revanche, si la fusion concerne deux filiales d’un même groupe, même statutairement distinctes, elle ne constituera pas une concentration dès lors qu’elle n’emporte aucun changement de contrôle11.

B. L’acquisition d’une participation majoritaire

6. La qualification des opérations d’acquisition de participations majoritaires ne pose guère de difficulté non plus, qu’il s’agisse de l’acquisition de la totalité des titres ou d’une majorité de ceux-ci12, et que la prise de participation soit directe ou indirecte13. Ainsi, le plus souvent, les autorités de concurrence constatent que la prise de participation majoritaire dans le capital engendrera automatiquement un contrôle exclusif de la société cible, pour qualifier l’opération de « concentration ».

7. La participation majoritaire s’entend de la majorité des droits de vote : l’acquisition d’une majorité du capital social qui n’est pas accompagnée d’une majorité des droits de vote ne constitue pas normalement une concentration, en l’absence d’autres éléments14. Le montant de la participation est en principe sans incidence dès lors que plus de 50% du capital est acquis15. Néanmoins, lorsque les statuts de la société cible prévoient que les décisions stratégiques sont prises à la majorité qualifiée, l’acquisition d’une majorité simple peut ne pas être suffisante pour déterminer les décisions stratégiques de cette entreprise. Il faut alors établir si cette participation confère un droit de véto à son détenteur, susceptible de lui donner un « contrôle négatif » de la société cible16.

C. L’acquisition d’une participation minoritaire

8. L’acquisition d’une participation minoritaire peut être considérée comme une opération de concentration, dès lors qu’accompagnée d’autres éléments, elle confère à son détenteur un contrôle, exclusif ou partagé, de droit (1.3.1) ou de fait (1.3.2) sur l’entreprise.

1° Le contrôle de droit du minoritaire

9. Situation de contrôle exclusif. Il peut y avoir concentration notifiable lorsqu’une entreprise acquiert une participation minoritaire dans une entreprise, à laquelle certains droits spécifiques sont attachés. Il peut s’agir de droits de véto portant sur les décisions stratégiques, de droits de vote multiples, la possibilité de nommer certains responsables ou encore de gérer les activités de la société et d’en déterminer la politique commerciale17. De même, un pacte d’actionnaires peut conférer à l’acquéreur, même d’une participation minoritaire indirecte, le contrôle exclusif du groupe18.

10. Situation de contrôle en commun. Il y a également concentration lorsque des entreprises créent une entreprise, sous contrôle conjoint, capable d’accomplir de manière durable toutes les fonctions d’une entité économique autonome19 ou lorsque des entreprises acquièrent ensemble le contrôle conjoint d’une entreprise cible. Ces minoritaires peuvent être alors considérés comme détenant ensemble le contrôle d’une entreprise, en raison de certaines circonstances de droit. Il en est ainsi lorsque deux entreprises détiennent, à parts égales, la totalité des droits de vote d’une entreprise20. De même, des entreprises peuvent exercer un contrôle en commun lorsqu’elles ont le droit de nommer le même nombre de représentants dans les organes de décision de l’entreprise21.
A partir du moment où un ou plusieurs minoritaires acquièrent un ou plusieurs droit(s) de véto sur les décisions stratégiques de l’entreprise concernée, l’opération s’analyse généralement comme une concentration22. Il s’agit de droits de véto « classiques », tels que des droits de véto portant sur la politique commerciale stratégique, la nomination et la révocation du management, l’approbation du budget ou le business plan de l’entreprise, ou de droits de véto particuliers à un marché donné, tel que le droit de véto portant sur la technologie utilisée par l’entreprise, sur un marché caractérisé par un haut degré d’innovation23.
Par ailleurs, des entreprises ne détenant aucun droit spécifique peuvent prendre le contrôle conjoint d’une entreprise lorsque leurs participations minoritaires respectives leur permettent de contrôler ensemble cette entreprise. L’existence d’un contrôle peut alors découler de la mise en place d’un holding entre les minoritaires ou d’un accord par lequel ils s’engagent à voter dans le même sens24.

2° Le contrôle de fait du minoritaire 

11. Situation de contrôle exclusif. Un minoritaire peut être considéré comme détenant le contrôle exclusif de fait d’une entreprise et devoir notifier l’acquisition de sa participation aux autorités de concurrence, notamment lorsque compte tenu de certaines circonstances de fait, sa participation lui donne « la quasi-certitude d’obtenir la majorité à l’assemblée générale »25. Les autorités de concurrence effectuent alors une analyse prospective afin de déterminer si, en raison de circonstances de fait telles que la structure historique des votes à l’assemblée générale, la position des autres actionnaires, leur intérêt dans la société (opérateur industriel ou investisseur financier), la dispersion des actions restantes26, ou encore les liens entre les autres actionnaires importants, il est « probable » que le minoritaire obtienne une majorité stable aux assemblées générales27.
De même, « dans des circonstances exceptionnelles » et en présence d’autres éléments, un minoritaire peut exercer de facto un contrôle exclusif sur une entreprise, lorsqu’il bénéficie d’une option d’achat ou de conversion d’actions, qu’il doit exercer dans un avenir proche28. La DGCCRF considère que la détention de « call options » ne constitue en principe pas un élément suffisant pour qualifier une influence déterminante, sauf si l’option doit s’exercer dans un avenir proche, conformément à des accords juridiquement contraignants, et qu’elle est détenue par un investisseur industriel29.

12.Situation de contrôle en commun. Des minoritaires peuvent être considérés comme détenant ensemble le contrôle de fait d’une entreprise « à titre très exceptionnel », lorsque les intérêts communs qui les unissent sont « si puissants qu’ils ne vont pas s’opposer les uns aux autres dans l’exercice de leurs droits » dans l’entreprise commune ou cible30. Cette communauté d’intérêts entre les minoritaires se déduit de circonstances de fait, tels que les apports de chacun des minoritaires s’ils sont vitaux pour l’exploitation de l’entreprise commune, la mise en place de certaines procédures de prise de décision ou encore l’acquisition des participations au moyen d’une action concertée31 . Dans le cas d’une opération de capital-risque conduites par des investisseurs financiers sans communauté d’intérêt autre que la valorisation des actifs investis et alors que les fondateurs ou dirigeants de la société cible conservent un rôle prééminent dans la gestion et la stratégie de celle-ci, l’opération ne sera en principe pas constitutive d’une concentration32.

D. La modification de la structure du contrôle

13. La modification de la structure du contrôle d’une entreprise peut aussi être constitutive d’une concentration. Une telle modification constitue une opération de concentration soumise à notification lorsque :
i. il y a passage d’un contrôle exclusif à un contrôle en commun33.
ii. il y a augmentation du nombre d’actionnaires, ou changement de l’identité de certains d’entre eux, dans une entreprise déjà contrôlée en commun34 . L’entrée des nouveaux actionnaires débouche alors sur une concentration dès lors qu’elle permet à un ou plusieurs minoritaires d’acquérir un contrôle exclusif ou en commun.
iii. il y a diminution du nombre d’actionnaires contrôlants, entraînant le passage d’un contrôle en commun à un contrôle exclusif35 .
iv. il y augmentation du niveau de participation, conférant une participation contrôlante.
Il existe ainsi de nombreux cas de figure où le changement de la qualité du contrôle ou le renforcement du contrôle suffisent à qualifier une opération de concentration, tels que la substitution d’un investisseur financier à l’actionnaire industriel36, ou l’augmentation de la participation de 34% à 49% au sein d’une entreprise37.

14. En revanche, les passages d’un contrôle exclusif négatif à un contrôle exclusif positif et les simples changements du niveau des participations des actionnaires contrôlants, sans modification de la structure du contrôle, ne constituent pas une concentration soumise à notification38.

15. La notion de concentration en droit de la concurrence est suffisamment large pour couvrir, outre les opérations portant sur le capital d’entreprises, toutes les formes d’intégration, y compris celles qui n’impliquent pas de transaction capitalistique, ou seulement une acquisition très faible de capital.

2. Les situations atypiques : les concentrations non capitalistiques

16. L’exercice d’appréciation de la contrôlabilité d’une opération peut se compliquer en présence de concentrations non capitalistiques, qu’il s’agisse de fusion de fait (2.1), de concentrations par acquisition d’actifs (2.2), de concentrations sur une base contractuelle (2.3) ou d’acquisition d’un contrôle par des liens purement économiques (2.4).

A. La fusion de fait

17. Les autorités de concurrence considèrent, qu’en l’absence de concentration de jure, il peut y avoir une concentration de fait, lorsque « la combinaison des activités d’entreprises antérieurement indépendantes aboutit à la création d’un seul et même ensemble économique »39, « d’une unité économique commune »40. Dès lors que l’opération entraîne une fusion de fait des entreprises concernées, lesquelles ne forment plus qu’un seul et même ensemble économique, cette opération peut ainsi être qualifiée de concentration. Pour qu’il y ait concentration de fait, il faut une gestion économique unique et permanente, ajoutée à d’autres facteurs, tels que la compensation des pertes et profits entre les entités du groupe, ainsi que leur responsabilité solidaire ou le partage des risques externes41.

B. La concentration par acquisition d’actifs

18. L’acquisition d’actifs peut être constitutive d’une concentration notifiable dès lors que « ces actifs constituent l’ensemble ou une partie d’une entreprise, c’est-à-dire une activité se traduisant par la présence sur un marché et à laquelle un chiffre d’affaires peut être rattaché sans ambiguïté »42, qu’il s’agisse d’actifs corporels43 ou incorporels. La cession d’une clientèle, dès lors qu’elle entraîne le transfert d’une activité générant un chiffre d’affaires sur le marché, peut ainsi constituer une opération de concentration44. De même, l’externalisation de prestations de services ou de production de marchandises précédemment assurées en interne constitue une opération de concentration notifiable si elle s’accompagne d’une cession des actifs et/ou du personnel qui leur sont associés et si elle permet à l’acquéreur d’accéder au marché (i.e. de contracter avec des tiers) dans les trois ans qui suivent le transfert de l’activité45.
L’acquisition du contrôle d’éléments d’actifs incorporels, tels que des brevets, des droits d’auteurs, de licences de marques, peut également constituer une concentration si leur cession conduit au transfert durable d’une activité économique génératrice d’un chiffre d’affaires et, dans le cas de licences, si la cession porte sur des licences exclusives, au moins sur un certain territoire46.

C. La concentration sur une base contractuelle

19. Le contrôle sur une base contractuelle. La prise de contrôle d’une entreprise réalisée sur une base contractuelle peut également constituer une opération de concentration notifiable si le contrat confère au créancier le contrôle de la direction et des ressources de l’autre entreprise et qu’il a une « durée extrêmement longue »47. Il peut s’agir par exemple de contrats de location-gérance des activités, conférant à leur créancier le contrôle de la gestion et des ressources de l’entreprise, alors même qu’aucune cession des droits de propriété ou d’actions n’a été effectuée48.

20. La situation des accords de distribution. Un contrat de distribution (contrat de franchise, contrat de concession etc.) ne peut être qualifié d’opération de concentration que s’il est susceptible de conférer à son titulaire une influence déterminante de la tête du groupe de distribution sur l’adhérent49. Ce ne sera pas le cas si le contrat en question ne contient que des dispositions « typiques » propres à ce contrat (obligations typiques du franchisé, etc.)50. La Commission européenne considère ainsi que la cession d’accords de franchise ne constitue pas, en principe, une opération de concentration, dès lors qu’elle ne permet pas au franchiseur de contrôler les activités du franchisé51. En effet, même lorsque l’essentiel des actifs ont été transférés au franchiseur, le franchisé continue d’exploiter l’entreprise pour son propre compte. En revanche, cette cession pourra relever du contrôle des concentrations « si l’accord s’accompagne d’une acquisition d’actifs (fonds de commerce, stocks, locaux) susceptible de donner au franchiseur le contrôle des actifs du franchisé »52 .

D. Le contrôle par des liens purement économiques

21. Les autorités de concurrence considèrent que, « dans des circonstances exceptionnelles, une situation de dépendance économique peut conduire à un contrôle de fait » d’une entreprise sur une autre53. Il faut alors analyser si les liens purement économiques, tels que des relations commerciales très privilégiées (très importants contrats de livraison à long terme, contrats commerciaux exclusifs, principal partenariat économique etc.), la dépendance financière de la société cible à l’égard de l’acquéreur54 (importance des crédits accordés à des fournisseurs ou des clients etc.), « conjugués à des liens structurels » confèrent une influence déterminante sur une entreprise. Ces liens économiques ne sauraient suffire, à eux seuls, à conférer l’acquisition d’un contrôle, et doivent aussi être combinés à d’autres liens55.

22. Conclusion. La détermination du caractère « concentratif » d’une opération illustre parfaitement le « dilemme » du droit de la concurrence : appréhender de façon la plus ouverte possible les différentes situations économiques tout en offrant aux opérateurs un minimum de prévisibilité dans l’application de la règle de droit. La solution retenue, à savoir le recours à une définition « ouverte » fondée sur un critère de résultat et à la technique du faisceau d’indices, ne semble pas contestable en soi. En revanche, elle laisse la place à une marge d’incertitude importante, et ce d’autant que les montages juridiques et financiers de prise de contrôle sont de plus en plus complexes. Il en résulte pour les investisseurs une forme d’insatisfaction, la nécessité ou non de soumettre une opération au contrôle des concentrations étant un élément essentiel du processus de décision. Les opérateurs ne manquent donc pas de souhaiter que la lisibilité de la définition soit améliorée, en particulier en droit interne.

par Pascal WILHELM et Florent VEVER

1. V. Décision C2006-103 du 8 décembre 2006. Sanction prise en application de l’article L. 430-8-I du Code de commerce.
2. CE, 31 janvier 2007, n° 294896, Société France Antilles, Juris-Data n° 2007-071396.
3. Cf. Communication juridictionnelle consolidée, § 7 : « l’existence d’une concentration est, pour une large part, déterminée par des critères qualitatifs plutôt que quantitatifs ».
4 Communication juridictionnelle consolidée de la Commission européenne du 10 juillet 2007 (ci-après, Communication CE), § 7 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 1.
5. C. Lucas de Leyssac et G. Parleani, Droit du Marché, PUF, 2002, p. 711.
6. Lignes Directrices de la DGCCRF (version du 30 avril 2007 ; l’Annexe 1 relative aux fonds d’investissements est en cours d’actualisation) et Communication CE.
7. Les Lignes Directrices de la DGCCRF précisent que : « Il appartient (…) au ministre de procéder au cas par cas à une appréciation globale de l’ensemble des éléments de droit et de fait en sa possession pour déterminer avec certitude, voire avec une probabilité raisonnable, quelle partie à l’opération est détentrice du contrôle » (§10, nous soulignons).
8. Cons. CE, règl. n° 139/2004, 20 janv. 2004,Art. 3§1, point a) du Règlement CE et Art. L. 430-1, I, point 1° du Code de commerce. V. aussi Communication CE, § 9 et Lignes Directrices DGCCRF, § 4.
9. Cf par ex : Lettre C2006-88 du Ministre de l’économie, des finances et de l’industrie du 9 août 2006, Mutuelle Préviade-Mutouest ; Lettre C2006-145 du 22 décembre 2006, Banca Intesa et Sanpaolo ; Lettre C2005-44 du 12 août 2005, Neuf Telecom ; Lettre du 27 mai 2003, sociétés Chausson Matériaux SA, Marinier Matériaux SAS et Socepag SA.
10. Cf par ex : Lettre C2006-131 du 19 décembre 2006, Cristal Union.
11. Lettre du Ministre, groupe Rieter, 9 août 2002.
12. Communication CE, § 56 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 9.
13. Cette situation est courante pour les opérations réalisées par des fonds d’investissements.
14. Communication CE, § 56 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 10.
15. Par ex : Lettre C2004-108 du 12 août 2004, Goldman Sachs/Karanis (acquisition de 51 % du capital).
16. Communication CE, § 56.
17. Communication CE, § 57 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 10.
18. Lettre du Ministre, société Natexis Industrie Management, 7 novembre 2003.
19. Nous n’analyserons pas, pour les besoins de cette étude, la situation particulière des entreprises communes de plein exercice.
20. Communication CE, § 64.
21. Communication CE, § 64.
22. Communication CE, §§ 65-73 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 552.
23. Communication CE, § 72. Néanmoins, la Commission européenne précise que : « un droit de veto qui ne porte ni sur la politique commerciale stratégique, ni sur la nomination de l’encadrement supérieur, ni sur le budget ou le plan d’entreprise ne peut être considéré comme étant de nature à conférer un contrôle commun à son titulaire » (Communication CE § 73 et CE, Aff. IV/M.295, SITA-RPC/SCORI, 19 mars 1993).
24.Communication CE, § 74-75.
25. Communication CE, § 59.
26. Cf Cons. conc., avis n° 00-A-04, Vivendi/Canal+, 29 février 2000.
27. V. notamment, CE, aff. COMP/M.4336, MAN/Scania, 20 décembre 2006, § 9 ; aff. COMP/M.3330, RTL/M6, 12 mars 2004, § 7-12.
28. Communication CE, § 60 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 10. CE, Aff. IV/M.397, Ford/Hertz, 7 mars 1994.
29. Lignes Directrices DGCCRF, §§ 555-556.
30. Communication CE, § 62.
31. Lignes Directrices DGCCRF, § 10. Sur l’absence de communautés d’intérêts entre les actionnaires, Cf Lettre C2007-07, 3 avril 2007, groupe SIACI.
32. Lignes Directrices DGCCRF, § 554.
33. Communication CE, § 86 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 3.
34. Communication CE, § 87 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 3.
35. Communication CE, § 89 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 3. Cf par ex, Lettre 2004-180, 4 février 2005, société CGST.
36. Lettre C2002-86, GOP/Huntsman International, 13 septembre 2002.
37. Cons. conc., avis. précité n° 00-A-04.
38. Communication CE, § 83.
39. Communication CE, § 10 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 3.
40. Lettre C2006-36 du 9 août 2006, SMABTP ; Lettre C2003-155, Covea / Groupes MAAF Assurances – MMA, 21 novembre 2003.
41. Communication CE, § 10.
42. Communication CE, § 24 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 2.
43. V, par ex, CE, aff. COMP/M. 3867, Vattenfall/Elsam and E2 Assets, 22 décembre 2005 (acquisition de centrales électriques).
44. CE, Aff.COMP/M.2857 – ECS/IEH du 23 décembre 2002.
45. Communication CE, § 26.
46. Communication CE, § 24.
47. Communication CE, § 18.
48. On rappellera que le contrôle peut découler de l’octroi « des droits de propriété ou de jouissance sur tout ou partie des biens d’une entreprise ». Voir CE, aff. COMP/M.2060, Bosch/Rexroth, 12 janvier 2001 (conclusion d’un pacte de contrôle associé à une location-gérance des activités de l’entreprise) ; aff. COMP/M.3136, GE/Agfa NDT, 5 décembre 2003 (conclusion d’un contrat spécifique visant à transférer le contrôle sur les ressources, la gestion et les risques entrepreneuriaux).
49. DGCCRF, Lignes directrices, Annexe 2, p. 137, §589.
50. CE, déc. n° M.940 UBS/Mister Minit du 9 juillet 1997.
51. Communication CE, § 19.
52. DGCCRF, Lignes directrices, Annexe 2, p. 137, §589. V. aussi, Commission européenne, Aff. n° IV/M.890, Blokker/Toys .R. Us, 26 juin 1997, § 13-16.
53. Communication CE, § 20 ; Lignes Directrices DGCCRF, § 10.
54. Cons. Conc. 91-A-09, Gillette Company/Eemland, 15 octobre 1991.
55. Les autorités de concurrence utilisent alors la technique du faisceau d’indices (par ex, CE, aff. IV/ESCS.1031, US/Sollac/Bamesa, 28 juillet 1993).

Plus d'articles

07/12/2018

Résultats des dernières séances de la CNAC (5 et 6 décembre 2018)

Lors de ses dernières séances du 5 et 6 décembre 2018, la Commission national...

30/11/2018

Concurrence déloyale et contrefaçon : deux actions qui peuvent être engagées successivement

Dans un arrêt du 20 novembre 2018, la Cour d’appel de Paris vient utilement r...

23/11/2018

Résultats de la dernière séance de la CNAC (22 novembre 2018)

Lors de sa dernière séance du 22 novembre 2018, la Commission nationale d’am...

22/11/2018

La future directive ECN+ sur le renforcement des moyens des autorités nationales de concurrence

Le 14 novembre 2018, le Parlement réuni en session plénière, a adopté la pro...

15/11/2018

Résultats de la dernière séance de la CNACi (14 novembre 2018)

Deux nouveaux projets ont été examinés lors de la séance du 14 novembre 2018...

13/11/2018

Vers un marché unique européen des données non personnelles 

Le 9 novembre dernier, le Conseil de l’Union a approuvé la réforme relative ...

09/11/2018

Résultats de la dernière séance de la CNAC (8 novembre 2018)

Lors de sa dernière séance du 8 novembre 2018, la Commission nationale d’am...

08/11/2018

La CJUE se prononce sur l’application d’une clause contractuelle d’attribution de compétence en cas de...

C’est dans le cadre de sa saisine par la Cour de cassation d’une question pr...

26/10/2018

Résultats de la dernière séance de la CNAC (25 octobre 2018)

Lors de sa dernière séance du 25 octobre 2018, la Commission nationale d’am...

22/10/2018

La Cour de justice de l’Union européenne saisie d’une question préjudicielle : la violation d’un...

A l’occasion d’un contentieux opposant la société IT Development à la soc...

12/10/2018

Résultats de la dernière séance de la CNAC (11 octobre 2018)

Lors de sa dernière séance du 11 octobre 2018, la Commission nationale d’am...

10/10/2018

Précisions sur la régularisation des autorisations environnementales

A l’occasion d’une saisine pour avis, le Conseil d’Etat s’est prononcé...

05/10/2018

La proposition de loi sénatoriale portant Pacte national de revitalisation des centres-villes et centres-bourgs

Focus par Marie-Anne RENAUX, publié dans la revue Construction Urbanisme, n...

05/10/2018

L’impact des plateformes sur le marché de la distribution sélective

Commentaire par Pascal WILHELM et Emilie DUMUR, publié dans La Semaine Jur...

03/10/2018

Transmission d’une QPC au Conseil constitutionnel sur la notion de déséquilibre significatif

Le 27 septembre 2018, la Cour de cassation a décidé de transmettre au Conseil ...

28/09/2018

Résultats de la dernière séance de la CNAC (27 septembre 2018)

Lors de sa dernière séance du 27 septembre 2018, la Commission nationale d’a...

25/09/2018

Résultats de la dernière séance de la CNACi (21 septembre 2018)

Lors de sa dernière séance du 21 septembre 2018, la Commission nationale d’a...

17/09/2018

Actions indemnitaires de concurrence après souscription d’engagements ; le PMU condamné pour abus de position...

La Cour d’appel de Paris, par un arrêt du 12 septembre 2018, a condamné le P...

14/09/2018

Résultats de la dernière séance de la CNAC (13 septembre 2018)

Lors de sa dernière séance du 13 septembre 2018, la Commission nationale d’a...

31/07/2018

La loi sur la protection du secret des affaires est promulguée

Après avoir été adoptée par le Sénat le 21 juin dernier et entérinée par ...

27/07/2018

Résultats de la dernière séance de la CNACi (26 juillet 2018)

3 nouveaux projets ont été examinés lors de la séance du 26 juillet 2018 et ...

26/07/2018

La CE pulvérise les records en infligeant à Google 4.34 milliards d’Euros d’amende pour abus...

Déjà en 2017, Google avait été condamné à payer une amende de 2,4 milliard...

26/07/2018

Affaire Caudalie : nouvelle mise en application de l’arrêt Coty par la cour d’appel de...

Le 13 juillet 2018, la cour d’appel de Paris, statuant sur renvoi après l’a...

25/07/2018

Délai de validité des anciennes autorisations d’exploitation commerciale

Commentaire par Marie-Anne RENAUX, publié dans la revue Construction Urbanis...

20/07/2018

Résultats de la dernière séance de la CNAC (19 juillet 2018)

Lors de sa dernière séance du 19 juillet 2018, avant l’été, la Commission ...

18/07/2018

Des mesures concrètes pour limiter les recours en matière d’urbanisme

Un Décret n° 2018-617, publié au Journal officiel du 18 juillet 2018, vient d...

16/07/2018

Secteur de la grande distribution alimentaire : l’Autorité de la concurrence renforce ses investigations et...

Dans un communiqué du 16 juillet 2018, l'Autorité de la concurrence vient d’...

13/07/2018

Affaire Coty, Francfort se prononce à la suite de la décision de la CJUE

À la suite de l’arrêt Coty Germany GmbH rendu le 6 décembre 2017 par la...

13/07/2018

Le projet de loi « EGalim » : les parlementaires avancent à reculons !

Le 2 juillet 2018, le Sénat a adopté en première lecture, le projet de loi po...

06/07/2018

Résultats de la dernière séance de la CNAC (5 juillet 2018)

10 nouveaux projets ont été examinés lors de la séance du 5 juillet 2018 et ...

25/06/2018

Publication du rapport d’activité annuel de l’Autorité de la concurrence

La présidente Isabelle de Silva a présenté aujourd’hui à la presse son rap...

22/06/2018

Résultats de la dernière séance de la CNAC (21 juin 2018)

14 nouveaux projets ont été examinés lors de la séance du 21 juin 2018 et la...

22/06/2018

Modification substantielle d’un projet : seuls les concurrents peuvent la contester

Commentaire par Marie-Anne RENAUX, publié dans la revue Construction Urbanis...

18/06/2018

Pas d’atteinte à la vie privée pour une personne morale

La Cour de cassation vient de rappeler que si les personnes morales, dotées de ...

15/06/2018

La Cour de cassation s’intéresse également au football

Le jour même où la coupe du Monde débute, la Cour de cassation s’est pronon...

15/06/2018

RGPD : Le Conseil constitutionnel valide l’essentiel de la loi sur la protection des données personnelles

Saisi le 16 mai dernier par plus de 60 sénateurs qui critiquaient notamment le ...

14/06/2018

Les administrateurs de page Facebook et la notion de responsable du traitement au sens du...

Dans un arrêt du 5 juin 2018, la Cour de justice de l’Union européenne s’e...

12/06/2018

Résultats de la dernière séance de la CNACi (11 juin 2018)

6 nouveaux projets ont été examinés lors de la séance du 11 juin 2018 et la ...

08/06/2018

Réseaux de distribution sélective : la cour de cassation se prononce sur la licéité du...

Dans le prolongement de la décision de la CJCE en date du 6 décembre 2017, qui...

08/06/2018

Résultats de la dernière séance de la CNAC (7 juin 2018)

12 nouveaux projets ont été examinés lors de la séance du 7 juin 2018 et la ...

05/06/2018

La renommée du footballeur Lionel Messi lui permet d’enregistrer sa marque « MESSI » pour...

A l’approche de la Coupe du Monde de Football en Russie, il est intéressant d...

31/05/2018

Avis du Conseil d’Etat du 25 mai 2018 sur les conséquences de l’annulation d’un refus...

Saisi pour avis par le Tribunal administratif de Versailles, le Conseil d’Etat...

23/05/2018

RGPD : La loi relative à la protection des données personnelles définitivement adoptée par le...

La loi sur les données personnelles a été définitivement adoptée par le Par...

11/05/2018

Pratiques d’ambush marketing et leur sanction sur le fondement de la concurrence déloyale et parasitaire

Coupe du monde, Jeux olympiques : focus sur les pratiques d’ambush marketing ...

07/05/2018

Bataille juridique sur les avoirs non réclamés des jeux en ligne : première manche gagnée...

Le sort des avoirs non réclamés par les utilisateurs des jeux en ligne fait d...

02/05/2018

Réforme du droit des contrats : la loi ratifiant l’ordonnance du 10 février 2016 est...

Loin de la ratification sèche préconisée par certains, la loi du 20 avril 201...

02/05/2018

Gun Jumping : amende de 124,5 millions d’euros prononcée contre Altice

Par décision du 24 avril 2018, la Commission Européenne a infligé à Altice u...

27/04/2018

Résultats de la dernière séance de la Commission Nationale d’Aménagement Commercial (26 avril 2018)

Lors de sa séance du 26 avril, de la CNAC a examiné 12 projets représentant 3...

25/04/2018

Droit des sociétés et conflits d’intérêts : clarification de l’article 1161 du code civil relatif...

Avec la promulgation, le 20 avril 2018, de la loi de ratification de l’ordonna...

20/04/2018

Demande de suspension et justification de l’urgence

Commentaire par Marie-Anne RENAUX, publié dans la revue Construction Urbanis...

19/04/2018

Distribution sélective et recours à des plateformes tierces

Commentaire par Pascal WILHELM et Emilie DUMUR, publié dans La Semaine Jur...

18/04/2018

Diffamation : La nullité de l’assignation poursuivant les mêmes faits sous deux qualifications différentes

Cour de cassation, 1re chambre civile, 7 février 2018 – n° 17-11.316 ...

17/04/2018

La DG Concurrence commente l’arrêt Coty

La Cour de justice de l’Union européenne saisie sur question préjudicielle, ...

13/04/2018

Résultats de la dernière séance de la Commission Nationale d’Aménagement Commercial (12 avril 2018)

Lors de sa séance du 12 avril, de la CNAC a examiné 11 projets représentant 3...

30/03/2018

Résultats de la dernière séance de la Commission Nationale d’Aménagement Commercial (29 mars 2018)

Lors de la séance de la CNAC du 29 mars, 14 projets étaient à l’ordre du j...

20/03/2018

La Cour d’appel de Paris admet la validité du réseau sélectif de Coty

Dans le prolongement de l’arrêt du 6 décembre 2017 de la Cour de Justice de ...

20/03/2018

Démolition-reconstruction de bâtiments commerciaux : comment conserver les droits acquis sur la surface de vente...

Commentaire par Marie-Anne RENAUX, publié dans la revue Construction Urbanis...

16/03/2018

Résultats de la dernière séance de la Commission Nationale d’Aménagement Commercial (15 mars 2018)

Lors de sa séance du 15 mars, la CNAC a examiné 12 projets, représentant un t...

06/03/2018

RGPD : les modalités de transition vers le nouveau régime applicable

La CNIL a communiqué sur son site internet un nouveau guide très instructif à...

05/03/2018

La mise à jour des fascicules Procédures de concurrence est en ligne sur le site...

LexisNexis a publié la mise à jour du fascicule de synthèse sur les instituti...

02/03/2018

Résultats de la dernière séance de la Commission Nationale d’Aménagement Commercial (1er mars 2018)

Lors de sa séance du 1er mars 2018, la CNAC a examiné 11 projets représentant...

20/02/2018

Résultats de la dernière séance de la Commission Nationale d’Aménagement Commercial (15 février 2018)

Lors de sa dernière réunion, le 15 février, la CNAC a examiné 13 projets, p...

07/02/2018

La Cour d’appel de Paris restreint l’application du déséquilibre significatif

CA de Paris, 20 décembre 2017, RG n°13/04879 Par un arrêt du 20 décembre ...

06/02/2018

Premier renvoi préjudiciel relatif à l’application dans le temps de la directive 2014/104 relative aux...

La Cour de Justice a été saisie par la juridiction portugaise afin de se prono...

08/01/2018

​Entrée en vigueur de l’obligation pour les acteurs du secteur de l’économie numérique de se...

Deux des trois décrets publiés le 29 septembre 2017 pris en application de la ...

08/01/2018

Le tribunal de l’Union européenne confirme le rejet par l’EUIPO de l’enregistrement d’un agencement de...

Par arrêt  du 30 novembre 2017, le Tribunal de l’Union européenne a rejeté...

20/12/2017

The circumstances of termination of an undetermined term contract

The Court of appeal of Douai issued a decision relating to the termination of an...

18/12/2017

Affaire c-547/16, Gasorba contre Repsol du 23 novembre 2017

Contentieux indemnitaire des pratiques anticoncurrentielles Le 23 novembre 20...

11/12/2017

De la commission passoire à la commission Couperet : quel est le bilan de la...

C’est au cours des discussions préalables à l’adoption de la loi n° 2014-...

07/12/2017

Distribution sélective et conditions de la licéité de l’interdiction de la vente en ligne sur...

La clause par laquelle un fournisseur de produits de luxe interdit à ses distri...

30/11/2017

Les circonstances de nature à influer sur l’appréciation de la durée du préavis

L’article L. 442-6, I, 5° du code de commerce sanctionne le fait de « rompre...

23/11/2017

Le trouble manifestement illicite et la protection d’un réseau de distribution sélective

Commentaire par Pascal WILHELM et Emilie DUMUR, publié dans La Semaine Jur...

08/11/2017

General prohibition on selling at loss

In the context of a request for a preliminary ruling, the European Court of Just...

08/11/2017

​Microsoft obtient la condamnation de la société Mobiwire pour contrefaçon de la marque « Surface...

La société Microsoft Corporation, titulaire depuis 2007 de la marque de l’Un...

24/10/2017

Publication par la cour d’appel de paris d’un recueil de 12 fiches méthodologiques sur la...

La Cour d’appel de Paris a publié un recueil de 12 fiches synthétiques et pr...

09/10/2017

Parasitisme : la société reprenant la signature éditoriale d’un concurrent pour l’édition d’un magazine similaire...

La société SO PRESS, éditrice des magazines Society, So film et So foot depui...

09/09/2017

Permis de construire portant sur moins de 1 000 m² de surface de vente –...

Commentaire par Marie-Anne RENAUX, publié dans la revue Construction Urbanis...

22/08/2017

​Publication des deux décisions entérinant la révision des injonctions imposées à groupe canal plus sur...

Le 21 août 2017, l'Autorité de la concurrence a mis en ligne les deux décisio...

01/08/2017

Les conclusions de l’avocat général dans l’affaire Coty

Dans l’affaire Coty Germany GmbH / ParfümerieAkzente GmbH qui a fait l’obje...

01/07/2017

Incertitude sur la nature juridique des autorisations d’exploitation commerciale obtenues au moment de l’entrée en...

Commentaire par Marie-Anne RENAUX, publié dans la revue Construction Urbanisme,...

11/05/2017

Le 10 mai 2017, la commission européenne a publié son rapport final relatif à l’enquête...

Le rapport publié présente les conclusions finales de la Commission Européenn...

02/05/2017

Le procès équitable devant l’autorité de la concurrence : l’affaire des ententes dans les commodités...

Commentaire par Pascal WILHELM et Emilie DUMUR, publié dans La Semaine Jur...

14/02/2017

​Le décret relatif aux prestations de publicité digitale publié

Attendu depuis le mois d’Août 2015, la publication du décret relatif aux pre...

25/01/2017

Le Parlement européen se prononce sur le projet révision de la directive 2010/13 « Service...

La commission des affaires juridiques du Parlement européen a publié, le 12 ja...

25/01/2017

Pas d’usage sérieux de la marque enregistrée postérieurement à l’arrêt de la commercialisation des produits...

Le titulaire d’une marque ne peut empêcher la déchéance de celle-ci sous pr...

12/01/2017

Le refus d’agrément au réseau de distribution sélective

Commentaire par Pascal WILHELM et Emilie DUMUR, publié dans La Semai...

19/10/2016

Promulgation de la loi pour une république numérique : objectifs et apports

La très attendue loi n° 2016-1321 pour une République numérique a été prom...

18/10/2016

Etat des lieux de l’utilisation des données à caractère personnel

Les enjeux de la révolution numérique : opportunités & risques du Big Dat...

17/10/2016

Licéité et perspective des réseaux de distribution sélective : l’affaire coty

Commentaire par Pascal WILHELM et Emilie DUMUR, publié dans La Semai...

04/10/2016

Pratique commerciale : vendre un ordinateur équipé de logiciels n’est pas en soi déloyal

En droit européen, les pratiques commerciales déloyales sont encadrées par la...

03/10/2016

Création d’un marché européen du numérique : focus sur la nouvelle proposition de réforme de...

Jean-Claude Juncker a présenté le 14 septembre 2016 à l’occasion de son...

19/07/2016

La consommation de tabac lors d’une émission télévisée parodiant les années 1980 n’est pas contraire...

Aux termes d’une décision du CSA rendue le 19 mai 2016, la chaine télévisé...

19/07/2016

La sanction de la « fausse » coopération commerciale : focus sur les arrêts du...

En matière de distribution, les accords de coopération commerciale se définis...

01/07/2016

Entrée en vigueur du nouveau Code de la consommation au 1er juillet 2016

L'ordonnance n°2016-301 du 14 mars 2016, publiée au Journal officiel le 16 mar...

23/06/2016

Clarifications en vue pour les permis de construire valant autorisation d’exploitation commerciale issus de la...

Commentaire par Marie-Annne RENAUX, publié dans la revue Construction et urba...

06/05/2016

L’Autorité de la concurrence condamne le groupe altice/numéricable à une amende de 15 millions d’euros...

Constatant le non-respect d’un engagement lié à la cession des activités de...

21/04/2016

Créer une gamme concurrente n’est pas «parasiter» – commentaire de l’arrêt du 8 avril 2016...

Cour d’appel de Paris Pôle 5, chambre 2 08 avril 2016 N° 14/02562 « ...

23/03/2016

Focus sur le droit de la consommation : recodification des dispositions relatives aux procédures de...

L'ordonnance n° 2016-301 du 14 mars 2016, publiée au Journal officiel le 16 ma...

04/03/2016

Focus sur les ventes internet et la distribution sélective

La décision de la Cour d’appel de Paris du 2 février 2016 retient l’attent...

05/02/2016

Les pratiques commerciales trompeuses : le cas Uberpop

Commentaire par Pascal WILHELM et Emilie DUMUR, publié dans La Semaine Jur...

21/12/2015

RENAUX, MARIE-ANNE, “LES AJUSTEMENTS OPÉRÉS PAR LA LOI MACRON EN MATIÈRE D’AMÉNAGEMENT COMMERCIAL”, IN CONSTRUCTION...

...

11/12/2015

Les propositions de la commission européenne pour le commerce en ligne transfrontalier, les contenus numériques...

Le 8 décembre 2015, la Commission européenne a proposé de nouvelles règles p...

23/11/2015

La notion de parasitisme : commentaire de l’arrêt du 21 octobre 2015 de la cour...

Cour d'appel Paris Pôle 5, chambre 4 21 Octobre 2015 N° 13/08861 Même...

18/06/2015

RENAUX, MARIE-ANNE,”LE DÉCRET D’APPLICATION DE LA LOI PINEL”, IN CONSTRUCTION URBANISME, N°6, JUIN, 2015

...

18/06/2015

WILHELM, PASCAL, “CONCURRENCE DÉLOYALE : CONCURRENCER N’EST PAS PARASITER ?”, IN CONTRATS CONCURRENCE CONSOMMATION, N°6,...

...

11/05/2015

“3 QUESTIONS – CONTENTIEUX DE LA RUPTURE BRUTALE DES RELATIONS COMMERCIALES : LES PRATIQUES ÉTABLIES...

...

05/01/2015

La directive n°2014/104/ue du 26 novembre 2014 et le renforcement de l’effectivité des articles 101...

« L’Europe a besoin d’une culture de la concurrence plus solide. (…) C’...

05/01/2015

L’introduction de l’action de groupe par la loi Hamon du 17 mars 2014

L’action de groupe, plébiscitée par les uns, redoutée par d’autres, a, fi...

15/12/2014

L’acquisition du fonds de commerce de l’affilié d’un réseau concurrent, une pratique licite

"En droit [..] l’achat d’un fonds de commerce, fait sans déloyauté, ne con...

06/11/2014

RENAUX, MARIE-ANNE,”CONFIRMATION DE L’ILLÉGALITÉ DES EXTENSIONS RÉALISÉES EN 2008 SANS AUTORISATION”, IN CONSTRUCTION URBANISME, N°11,...

...

10/10/2014

L’exception de parodie excuse-t-elle tout ?

Si les auteurs d’une œuvre de l’esprit ont le droit exclusif d’autoriser ...

19/09/2014

RENAUX, MARIE-ANNE,”L’AMÉNAGEMENT COMMERCIAL APRÈS LA LOI PINEL”, IN CONSTRUCTION URBANISME, N°9, SEPTEMBRE 2014

...

04/04/2014

L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE AUTORISE À NOUVEAU, SOUS CONDITIONS, LA PRISE DE CONTRÔLE EXCLUSIF DE...

Le 23 décembre 2013, le Conseil d’Etat annulait, essentiellement pour des rai...

21/01/2014

RENAUX MARIE-ANNE, “AUTORISATIONS D’EXPLOITATION COMMERCIALE : PANORAMA DE JURISPRUDENCES”, IN CONSTRUCTION URBANISME, N°1, JANVIER 2014

Avant que le contentieux des autorisations d'exploitation commerciale ne soit tr...

15/01/2014

“L’AFFAIRE DES “ENDIVES” : LA COUR D’APPEL RAPPELLE QU’ELLE EXERCE UN CONTRÔLE !”, IN CONTRATS...

...

09/12/2013

ALJ PRODUCTIONS (BANIJAY) OBTIENT DÉFINITIVEMENT GAIN DE CAUSE DANS LE LITIGE L’OPPOSANT À ENDEMOL PRODUCTIONS

Le 26 novembre 2013 la chambre commerciale de la Cour de cassation a mis un term...

13/09/2013

RENAUX, MARIE-ANNE, “PRÉCISIONS SUR LES CONDITIONS DE RECEVABILITÉ DES RECOURS CONTENTIEUX CONTRE LES DÉCISIONS DE...

Seuls les tiers qui ont exercé, lorsque cela est possible, le recours administr...

03/09/2013

RENAUX, MARIE-ANNE, “AUTORISATIONS D’EXPLOITATION COMMERCIALE”, IN CONSTRUCTION & URBANISME, N°9, SEPTEMBRE 2012

La procédure de re-saisine de la CNAC mise en oeuvre pour régulariser les auto...

03/09/2013

LE POUVOIR DE SANCTION DE L’ARCEP ANNULÉ PAR LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL SUR QPC, IN LA...

1. Quel était le litige à l'origine de la QPC ? Deux sociétés du groupe ...

02/07/2013

WILHELM & ASSOCIÉS POURSUIT SON DÉVELOPPEMENT ET PROMEUT UNE NOUVELLE ASSOCIÉE : DELPHINE D’ALBERT DES...

Delphine d’Albert des Essarts, (40 ans), titulaire d’une maîtrise en Droit ...

16/05/2013

BRÈVE CONSOMMATION : “LE PROJET DE LOI RELATIF À LA CONSOMMATION ET L’ACTION DE GROUPE”

Le Ministère de l’économie et des finances a présenté en Conseil des minis...

01/03/2013

RENAUX, MARIE-ANNE, “CONSULTATION DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE PAR LES CDEC : L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE...

Le Conseil d'État vient de préciser que, sous l'ancienne législation de l'éq...

28/02/2013

LE DROIT À L’INFORMATION SUR LES ACTUALITÉS SPORTIVES : LES DIVERGENCES ENTRE LA CJUE ET...

Le mois de janvier aura été riche en développements sur la question toujours ...

01/01/2013

NOUVEAU REGARD SUR LE RÉGIME CONTENTIEUX DES AVIS DE L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE, IN CONTRATS...

Le rejet des recours formés par Intermarché, Leclerc et Casino contre deux avi...

04/10/2012

3 QUESTIONS – LA NOTION DE « CRITÈRES DÉFINIS, DANS LA DISTRIBUTION SÉLECTIVE AUTOMOBILE (CJUE,...

article paru dans La Semaine Juridique Entreprise et Affaires n° 40, 4 Octobre ...

24/09/2012

FUSION CSA-ARCEP-HADOPI : LE TEMPS DE L’ACTION EST VENU, IN LE CERCLE LES ECHOS

La France est malheureusement un des derniers pays à ne pas disposer d'une auto...

03/09/2012

RENAUX, MARIE-ANNE, “SUR LE DÉLAI DANS LEQUEL LA CNAC PEUT STATUER : QUATRE MOIS… OU...

Même si l'expiration du délai de quatre mois prévu par l'article L. 752-17 du...

02/07/2012

RENAUX, MARIE-ANNE, “L’INTÉRÊT À AGIR RECONNU AUX SEULS CONCURRENTS SITUÉS DANS LA ZONE DE CHALANDISE...

Seuls les commerçants qui exploitent une surface commerciale dans la zone de ch...

02/05/2012

RENAUX, MARIE-ANNE, “LA CNAC DÉSORMAIS FIXÉE SUR LA FAÇON DONT ELLE DOIT RECUEILLIR LES AVIS...

Le Conseil d'État vient de lever les incertitudes qu'avaient fait naître ses n...

30/03/2012

CONTRÔLE DES CONCENTRATIONS : L’EXCEPTION ANGLAISE, IN LE CERCLE LES ECHOS

Contrôle des concentrations : l'exception anglaise Le Royaume-Uni a lancé ...

13/03/2012

COMMENT LIBÉRER LES RAPPROCHEMENTS D’ENTREPRISE ?, IN LE CERCLE LES ECHOS

Comment libérer les rapprochements d’entreprise ? Emmanuel Combe et Michel...

01/02/2012

RETOUR SUR LE CONTENTIEUX DE LA VENTE D’ORDINATEURS AVEC LOGICIELS PRÉINSTALLÉS”, IN CONTRATS CONCURRENCE CONSOMMATION,...

article paru dans la revue Jurisclasseur "Contrats Concurrence et Consommation" ...

01/01/2012

LE RESPECT DES ENGAGEMENTS : LE POINT DE VUE DES ENTREPRISES DANS LE CONTRÔLE DES...

1. L’actualité récente, et en particulier l’affaire “TPS” dans laquell...

28/03/2011

INTERVIEW DE MARIE-ANNE RENAUX DANS LE CADRE DE L’ARTICLE “LES DAC, UN PEU D’ÉTUDES, BEAUCOUP...

Interview de Marie-Anne Renaux dans le cadre de l'article " Les DAC, un peu d'...

01/03/2011

LORIEUL, VINCENT ET WILHELM, PASCAL, “ÉTUDE DU NOUVEAU PAQUET RESTRICTIONS HORIZONTALES”, IN CONTRATS CONCURRENCE CONSOMMATION,...

article paru dans la revue Jurisclasseur "Contrats Concurrence et Consommation" ...

01/05/2008

VEVER, FLORENT ET WILHELM, PASCAL, “ENQUÊTES DE CONCURRENCE : LES PERQUISITIONS “SURPRISES” REMISES EN CAUSE...

article paru dans la revue Jurisclasseur "Contrats Concurrence Consommation" n°...

01/11/2007

FRESNEAU, JEAN-ANDRÉ ET RENAUX, MARIE-ANNE, “LE CONSEIL DE LA CONCURRENCE PRÉCONISE UNE RÉFORME RADICALE DE...

Le ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie a saisi le Consei...

01/12/2006

DELHAISE, ANNE-SOPHIE ET WILHELM, PASCAL, “LES «TWO-SIDED MARKETS»”, IN LAMY CONCURRENCES, N°9, OCTOBRE-DÉCEMBRE 2006

Séminaire DGTPE-Concurrence - séance du 15 décembre 2005 Le concept de « ...

01/07/2006

WILHELM, PASCAL, “TABLE RONDE DE L’OCDE SUR LES BARRIÈRES À L’ENTRÉE”, IN CONTRATS CONCURRENCE CONSOMMATION,...

S’il est un sujet qui sépare juristes et économistes, c’est sans doute la ...

01/05/2006

VEVER, FLORENT ET WILHELM, PASCAL, “ECHANGES D’INFORMATIONS SUR UN MARCHÉ OLIGOPOLISTIQUE : RÉFLEXIONS SUR LA...

Le Conseil de la concurrence a présenté, dans les affaires des palaces parisie...

14/02/2005

WILHELM, PASCAL, “LA CHARTE DE COOPÉRATION ET D’OBJECTIFS : UN GAGE D’EFFICACITÉ ECONOMIQUE”, IN LA...

Comme le relevait récemment le Professeur Gilbert PARLÉANI, en matière écono...

01/10/2004

PENVEN, ANNAÏCK ET WILHELM, PASCAL, “LA PROSPECTION COMMERCIALE PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE : LE NOUVEL ARTICLE...

article paru dans « Légipresse octobre 2004, n° 215 Les articles 20 à 24 ...

Voir plus
x

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation et adapter le contenu en mesurant le nombre de visites et de pages vues. En savoir plus

Accepter Refuser