La Conseil d’Etat annule la décision du CSA retirant à la société Diversité TV son autorisation d’émettre la chaîne numéro 23, à compter du mois de juin 2016

Pascal WILHELM & Stéphanie COEN, 01/04/2016

CE 30 mars 2016, Section, société Diversité TV France, req. n° 395702.

Il s’agissait d’une décision attendue qui, au-delà de son retentissement médiatique, s’inscrit dans un contexte juridique et factuel inédit : celui du retrait, par le CSA, d’une autorisation d’exploiter une fréquence télévisuelle.

L’affaire a débuté en 2015, lorsque la société DIVERSITE TV FRANCE, titulaire de l’autorisation d’utiliser une fréquence pour diffuser la chaîne « Numéro 23 » depuis le 3 juillet 2012, a demandé au CSA d’agréer la cession de l’intégralité de son capital au groupe Next Radio TV, en application de l’article 42-3 de la loi du 30 septembre 1986.

C’est à ce moment que le CSA, qui avait pourtant eu connaissance des différentes augmentations de capital, ayant conduit à l’arrivée de plusieurs actionnaires minoritaires au sein de la chaîne, en 2012 et 2013, a sollicité de la société DIVERSITE TV FRANCE, la communication d’un pacte d’actionnaires, conclu entre celle-ci et l’un de ses actionnaires.

Le 14 octobre 2015, le CSA avait alors, contre l’avis de son rapporteur, décidé d’abroger l’autorisation dont bénéficiait la société DIVERSITE TV FRANCE au motif que ce pacte révélait l’existence d’une fraude à la loi, commise par le principal actionnaire, celle d’avoir sollicité une autorisation, non pas dans l’intention de développer un service de télévision, mais à des fins purement spéculatives.

Après avoir vainement tenté d’obtenir le retrait de cette décision, la société DIVERSITE TV FRANCE, a porté l’affaire devant la Haute juridiction, laquelle disposait d’un délai de trois mois, pour se prononcer conformément aux dispositions de l’article 42-8 de la loi de 1986.

Contrairement aux conclusions prononcées par le Rapporteur public lors de l’audience du 25 mars 2016, le Conseil d’Etat a fait droit à cette demande d’annulation au motif qu’aucune fraude ne pouvait être caractérisée dès lors :

  • que la conclusion d’un pacte d’actionnaires en 2013 ne permettait pas d’établir que la société DIVERSITE TV FRANCE aurait eu pour seul objectif de réaliser une plus-value lorsqu’elle a présenté sa candidature 2011, puis lorsqu’elle a obtenu l’autorisation, en 2012 ;
  • que la société DIVERSITE TV FRANCE, avait mis en œuvre les moyens nécessaires à l’exploitation du service de télévision, en réunissant les financements nécessaires et obtenant certains résultats en termes de parts d’audience.

Cette solution, qui sera très certainement de nature à rassurer les acteurs du système économique et juridique de l’audiovisuel français, s’inscrit dans la droite ligne de la jurisprudence administrative, tant au regard des principes qui gouvernent la sanction et la caractérisation de la fraude, que de ceux régissant le droit des autorisations d’exploiter une ressource radioélectrique.

La question préalable qui se présentait au Conseil d’Etat était celle de la recevabilité même du recours de la société DIVERSITE TV FRANCE, compte tenu de l’existence d’une procédure spécifique régie par l’article 42-3 de la loi du 30 septembre 1986.

En effet, et alors même que le CSA avait invité la société DIVERSITE TV FRANCE à présenter un recours gracieux contre la décision abrogeant son autorisation d’émettre, cette autorité a, devant le Conseil d’Etat, opposé une fin de non-recevoir à sa requête, tirée de ce qu’en raison de la procédure spécifique prévue par la loi de 1986, le recours gracieux exercé par cette société n’avait pu proroger le délai de recours contentieux, de sorte que sa demande aurait été tardive.

Le rapporteur public avait, lors de l’audience, invité le Conseil d’Etat à écarter cette argumentation pour deux séries de motifs tirés de ce que d’une part, rien n’interdisait dans la loi de 1986 d’exercer un recours gracieux, lequel présentait d’importants intérêts en créant un « espace de dialogue particulièrement approprié en matière d’audiovisuelle » (CE 13 juin 1958, Section, Sieur Esnaut, req. n° 39402 ; CE 21 décembre 2007, Section, Groupement d’irrigation des près de la Forge et autres, n° 280195) ; et, d’autre part, et en toute hypothèse, parce que le CSA lui-même avait invité la société DIVERSITE TV FRANCE à exercer un tel recours (CE 4 décembre 2009, 2ème et 7ème s.-s., Ministre de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire, req. n° 324284).

Le Conseil d’Etat a clairement tranché cette question en rappelant que « contrairement à ce que soutient le CSA, [les dispositions de la loi de 1986], eu égard à la mission confiée par la loi à l’autorité de régulation, n’ont ni pour objet ni pour effet d’écarter, s’agissant du recours qu’elles prévoient, l’application de la règle générale de procédure selon laquelle le délai de recours contentieux est prorogé par l’exercice d’un recours administratif ».

Les questions posées au fond étaient vastes et complexes et tenaient : à la possibilité pour le CSA de retirer, sur le fondement l’alinéa 1er de l’article 42-3 de la loi du 30 septembre 1986, une autorisation alors même que les agissements reprochés au bénéficiaire ne remettaient en cause ni l’impératif fondamental de pluralisme, ni l’intérêt du public, à la prise en compte du respect de ses obligations conventionnelles par le bénéficiaire ou encore à la caractérisation, au travers d’une clause du pacte d’actionnaires, d’un contrôle conjoint en vue de l’organisation d’une cession, traduisant la fraude du bénéficiaire et sa seule volonté de réaliser une importante plus-value.

Le Conseil d’Etat n’a pas suivi les conclusions de son Rapporteur public qui, tout en reconnaissant l’absence de fraude, avait invité le Conseil d’Etat à rejeter au fond le recours, au prix d’une lecture « constructive » de la loi de 1986, de la jurisprudence y afférente et de la décision du CSA (CE 27 septembre 2006, 5ème et 4ème s.-s., Association Fréquence Mistral, req. n° 274150 ; CE 15 janvier 1997, 5ème et 7ème s.-s., Radio Sud-Vendée-Pictons, req. n° 177989).

C’est ainsi que la Haute juridiction a tout d’abord clairement réaffirmé qu’une décision administrative obtenue par fraude n’est jamais créatrice de droit, et qu’elle peut, à tout moment, être retirée (par ex. CE 6 mai 1981, Aimar, req. n° 11234 ; CE 27 avril 2007, 5ème et 4ème s.-s., société Métropole Télévision, req. n° 269872).

Plus particulièrement, s’agissant d’une autorisation d’utiliser une ressource radioélectrique, il a souligné que le CSA peut, sur le fondement du premier alinéa de l’article 42-3 de la loi du 30 septembre 1986, prendre une mesure de retrait pour fraude, mais qu’il lui appartient :

  • de respecter la procédure prévue à l’article 42-7 de la loi de 1986 ;
  • de démontrer, le cas échéant, sous le contrôle du juge, et par un faisceau d’indices, l’existence de la fraude.

S’agissant de la caractérisation de la fraude, en matière audiovisuelle, il a clairement rappelé que si les ressources radioélectriques, qui font partie du domaine public, ne peuvent être cédées, il est en revanche loisible au propriétaire d’actions d’une société exploitant de telles ressources de céder tout ou partie de ces actions, sous réserve que cette cession soit effectuée dans le respect des dispositions de la loi du 30 septembre 1986.

Dans ce contexte, le Conseil d’Etat a donc déduit que la circonstance que cette cession donne lieu à une importante plus-value, ne rend pas pour autant cette opération illicite.

Au regard de ces principes, le Conseil d’Etat a donc considéré qu’il ne pouvait être reproché à la société DIVERSITE TV d’avoir obtenu par fraude son autorisation, dès lors que le pacte d’actionnaires litigieux, quelles qu’aient été ses dispositions, avait été conclu plus d’un an après l’obtention de l’autorisation d’émettre, et que cette société avait mis en œuvre d’importants moyens, notamment financiers, en vue de développer la Chaîne Numéro 23.

Monsieur Pascal Houzelot et DIVERSITE TV étaient assistés devant le Conseil d’Etat par Maître François Sureau et devant le Conseil Supérieur de l’audiovisuel par Wilhelm & Associés (Maîtres Pascal Wilhelm et Stéphanie Coen)

Plus d'articles

03/07/2019

Best lawyers : classement 2020

Pascal Wilhelm intègre la 10ième édition du classement The Best Lawyers™ i...

17/06/2019

Wilhelm & Associés s’associe à l’exposition « Berthe Morisot (1841-1895) »

Le cabinet Wilhelm & Associés renouvelle son partenariat avec les musées d...

10/04/2019

Legal 500 EMEA : classement 2019

Le cabinet Wilhelm & Associés est recommandé par Legal 500 Europe Middle E...

08/03/2019

Conférence Concurrence – Jeudi 28 mars

Pascal Wilhelm interviendra jeudi 28 mars à la Cour d'appel de Paris lors de la...

20/02/2019

Classement Décideurs Magazine 2019

« Excellent » Concurrence & Distribution - Déréglementation & Se...

01/02/2019

Trophées du Droit 2019 – Décideurs Leaders League

Le cabinet Wilhelm & Associés remporte le trophée d'argent dans la catégo...

08/01/2019

Vœux 2019

Le cabinet Wilhelm & Associés vous présente ses meilleurs vœux pour 2019 ...

05/11/2018

Grand succès pour l’exposition Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet au Musée de l’Orangerie

L’exposition Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet, qui s...

16/10/2018

Offre de collaboration droit des affaires/corporate

Wilhelm & Associés recherche un collaborateur junior pour son pôle droit d...

10/10/2018

Offre de collaboration PI

Le cabinet Wilhelm & Associés recherche un avocat en droit de la propriét...

09/10/2018

Classement Décideurs Magazine 2018

« Incontournable » Media & Entertainment - Jeux & Paris en ligne ...

30/07/2018

Legal 500 Paris : classement 2018

Le cabinet Wilhelm & Associés est recommandé dans les domaines suivants :...

13/07/2018

Best lawyers : classement 2019

Pascal WILHELM classé par la revue américaine « Best Lawyers » parmi les me...

04/05/2018

Offre de collaboration

Description du poste Le cabinet Wilhelm & Associés recherche un avocat e...

13/04/2018

Wilhelm & Associés, partenaire de l’exposition « Nymphéas. L’abstraction américaine et le dernier Monet »

Mécène des Musées d’Orsay et de l’Orangerie depuis 5 ans, le cabinet Wilh...

12/04/2018

Legal 500 EMEA : classement 2018

Le cabinet Wilhelm & Associés est recommandé dans les domaines suivants : ...

26/03/2018

Wilhelm & Associés recrute un nouveau counsel

Le cabinet Wilhelm & Associés est heureux d’annoncer l’arrivée de Sté...

08/01/2018

Voeux 2018

Le cabinet WILHELM & Associés vous présente ses meilleurs vœux pour l'ann...

03/01/2018

Wilhelm & Associés nomme trois nouveaux counsels

Le cabinet Wilhelm & Associés annonce les nominations de Maud Censier, Emil...

17/11/2017

Conférence “Distribution Sélective Et Marketplaces : Décryptage De L’arrêt Coty De La CJUE”

Jeudi 18 janvier 2018 - 14h30 à 16h30 Terrasse Monceau des Salons Hoche, 9 ave...

13/11/2017

MAPIC 2017

Delphine d'Albert des Essarts, associée du cabinet WILHELM, sera présente à l...

19/10/2017

Décideurs magazine : classement 2017 « Immobilier, Construction et Urbanisme »

Le cabinet Wilhelm & Associés se maintient parmi les cabinets à « forte ...

19/10/2017

Décideurs magazine : classement 2017 « Contentieux & Arbitrage »

WILHELM & Associés se classe parmi les cabinets à « forte notoriété ...

19/10/2017

Décideurs magazine : classement 2017 « Marketing, e-commerce & distribution »

Le cabinet Wilhelm & Associés se maintient parmi les cabinets à « forte n...

09/09/2017

Décideurs magazine : classement 2017 « Innovation et technologie »

Le cabinet WILHELM & Associés obtient le statut de « pratique réputée ...

27/07/2017

Legal 500 Paris : classement 2016-2017

Le cabinet WILHELM & Associés est recommandé dans les domaines suivants :...

07/06/2017

Best lawyers : classement 2017

Pascal WILHELM est classé par la revue américaine « Best Lawyers » parmi les...

22/05/2017

Zv France / Ste immobilière du Faubourg St Honoré

Dans un arrêt du 17 mai 2017, la 3ème chambre pôle 5 de la Cour d’appel de...

05/05/2017

Who’s Who Legal France : classement 2017

Pascal Wilhelm conserve son statut de leader dans le domaine des télécommunica...

12/04/2017

Legal 500 EMEA : classement 2017

Le cabinet WILHELM & Associés est recommandé dans les domaines suivants :...

05/04/2017

Wilhelm & associés, partenaire de l’exposition «tokyo-paris. Chefs-d’œuvre du bridgestone museum of art, collection ishibashi...

En 2013, sous l’impulsion de son fondateur Pascal Wilhelm, le cabinet Wilhelm ...

12/12/2016

Succès d’une action en contrefaçon engagée par zadig & voltaire pour un modèle chaussure

Dans un jugement en date du 8 décembre 2016, le TGI de Paris a fait droit aux d...

30/10/2016

Décideurs : classement 2016 « Marketing & Médias »

Wilhelm & Associés maintient sa place parmi les cabinets « incontournables...

09/10/2016

Décideurs : classement 2016 « Immobilier, Construction et Urbanisme »

Pour la 6ième année consécutive, l'équipe de Marie-Anne Renaux obtient le st...

03/10/2016

Wilhelm & associés renforce son département public économique avec l’arrivée d’adrien reymond

Le cabinet Wilhelm & Associés est heureux d’annoncer l’arrivée d’A...

03/10/2016

Zadig & voltaire / yves saint laurent

Le Tribunal de Commerce de Paris a, par jugement du 26 septembre 2016, débouté...

13/09/2016

Décideurs : classement 2016 « Innovation et technologie »

Le cabinet Wilhelm & Associés est classé parmi les cabinets à « forte n...

18/07/2016

Wilhelm & Associés et BDGS Associés conseils de FNAC devant l’Autorité de la concurrence pour...

L’Autorité de la concurrence (l’«Autorité ») a annoncé ce jour qu’el...

13/07/2016

Legal 500 Paris : classement 2015-2016

Le cabinet Wilhelm & Associés est recommandé dans les domaines suivants :...

07/07/2016

Distribution exclusive de produits de grande consommation en Outre-mer: décision de transaction pour l’Autorité de...

Par une décision n° 16-D-15 du 6 juillet 2016, l’Autorité de la concurrence...

15/05/2016

Who’s Who Legal France : classement 2016

Pascal Wilhelm est de nouveau reconnu par ses pairs comme leader dans le domaine...

20/04/2016

Legal 500 EMEA : classement 2016

Le cabinet WILHELM & Associés est recommandé dans les domaines suivants :...

24/03/2016

Attribution des droits de la Pro D2 : l’ADLC rejette la saisine au fond et...

Par une décision n°16-D-04 du 23 mars 2016, l’autorité de la concurrence a ...

01/02/2016

Wilhelm & associés accompagne l’ouverture du capital de l’Olympique Gymnaste Club Nice Cote d’Azur (OGC)

Wilhelm & Associés a conseillé la société OGC Sport Investments Limited,...

05/01/2016

Marie-Anne Renaux, avocat-associé fondatrice du cabinet Wilhelm & Associés, devient membre du cercle des femmes...

Mécène des musées d’Orsay et de l’Orangerie depuis 2013, le cabinet WILHE...

25/11/2015

Marie-anne renaux, avocat-associé fondatrice du cabinet wilhem & associés, devient membre du cercle des femmes...

Mécène des musées d’Orsay et de l’Orangerie depuis 2013, le cabinet WILHE...

01/10/2015

Décideurs : classement 2015 « Innovation et technologie »

Le cabinet Wilhelm & Associés est classé parmi les cabinets à « forte n...

12/09/2015

Décideurs : classement 2015 « Immobilier »

Le cabinet confirme un peu plus sa place cette année d'acteur majeur dans le do...

07/05/2015

Who’s Who Legal France : classement 2015

Pascal Wilhelm est reconnu par ses pairs comme leader dans le domaine des télé...

18/04/2015

Legal 500 EMEA : classement 2015

Le cabinet WILHELM & Associés est recommandé dans les domaines suivants :...

02/02/2015

Wilhelm & Associés partenaire de l’exposition « Pierre Bonnard. Peindre l’Arcadie »

WILHELM & Associés est un cabinet d’avocats parisien reconnu pour son exp...

25/11/2014

Wilhelm & associés accompagne zadig & voltaire pour l’ouverture de son flagship à new york

Dans le cadre de son développement à l’international, la marque de prêt-à-...

16/06/2014

CRÉATION D’UNE CHAIRE D’ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE “AUDIOVISUEL & NUMÉRIQUE” EN PARTENARIAT AVEC L’UNIVERSITÉ PANTHÉON...

Le groupe TELFRANCE et l'université Panthéon-Assas ont signé un accord créan...

04/04/2014

L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE AUTORISE À NOUVEAU, SOUS CONDITIONS, LA PRISE DE CONTRÔLE EXCLUSIF DE...

Le 23 décembre 2013, le Conseil d’Etat annulait, essentiellement pour des rai...

05/03/2014

L’ÉTABLISSEMENT PUBLIC DU CHÂTEAU DE VERSAILLES ASSISTÉ PAR LE CABINET WILHELM & ASSOCIÉS SUR «L’AFFAIRE...

Depuis le 20 février dernier, le Château de Versailles expose, dans le chambre...

26/02/2014

SAISIE PAR LA SOCIÉTÉ BETCLIC, L’AUTORITÉ DE LA CONCURRENCE CONTRAINT LE PMU À SOUSCRIRE DES...

Aux termes d’une décision n°14-D-04 du 25 février 2014 relative au secteur ...

14/02/2014

LE CABINET WILHELM & ASSOCIES A ASSISTÉ LE GROUPE CANAL PLUS SUR L’ACQUISITION D’UNE PARTICIPATION...

Le Groupe Canal Plus, par l’intermédiaire de sa filiale Canal+ Overseas, en c...

10/02/2014

Le cabinet Wilhelm & Associés s’engage aux côtés des musées d’Orsay et de l’Orangerie

A l’approche de son 20ème anniversaire, le cabinet WILHELM & Associés a...

09/12/2013

ALJ PRODUCTIONS (BANIJAY) OBTIENT DÉFINITIVEMENT GAIN DE CAUSE DANS LE LITIGE L’OPPOSANT À ENDEMOL PRODUCTIONS

Le 26 novembre 2013 la chambre commerciale de la Cour de cassation a mis un term...

Voir plus
x

Ce site utilise des cookies pour améliorer la navigation et adapter le contenu en mesurant le nombre de visites et de pages vues. En savoir plus

Accepter Refuser